Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Aller en bas

Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Dim 13 Nov - 23:30

Bon, pour de multiples raisons (1:inciter les musiciens à cordes de ce forum à s'intéresser au pourquoi du comment de leur sonotèque, 2:j'ai envie de me la péter, 3:j'ai rien d'autre à faire...) je propose un topic dans lequel tout le monde il peut poster des photos et des explications de ce qu'il a fait à son matos (mais comme je lis l'avenir, il va y avoir que moi)

Donc aujourd'hui j'ai pour ma part fabriqué un booster intégré à ma SG (titine pour les intimes) de la façon suivante :

L'idée est donc de se fabriquer un ptit gainboost à intégrer dans la cavité électronique de l'instrument et activable par un petit switch, alimenté par une pile 9V.


FOURNITURES
-Une guitare, bien sûr (ou une basse)
-Des composants :
-Q1 J201 N-channel JFET
-R1 3.3M ohm 1/4-watt 5% resistor
-R2 2.2K ohm 1/4-watt 5% resistor
-R3 6.8K ohm 1/4-watt 5% resistor
-R4 51K ohm 1/4-watt 5% resistor
-C1 4.7 uF electrolytic capacitor
-C2 10 uF electrolytic or tantalum capacitor
-un inverseur à levier 2 pôles 2 positions
-une prise jack 6.35 stéréo femelle
-1 clip à pile 9V
Le prix de l'ensemble des composants n'excède pas 7€
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0865.JPG

1ere ETAPE
On enlève la plaque qui protège l'électronique, et on découvre les entrailles de son instrument : de gauche à droite le sélecteur de micros, les 4 potards, la prise jack.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0864.JPG
On commence par enlever la prise jack. on va la remplacer par une meilleure, et stéréo (pourquoi stéréo alors que la gratte sort en mono ? nous verrons plus tard...)
Là, problème : la nouvelle prise a un diamètre supérieur à l'ancienne ! Donc, elle ne passe pas. Qu'à cela ne tienne, on va élargir le trou. Pour cela, on se muni d'une perceuse équipée d'une fraise et hop !
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0866.JPG
Ceci fait, on vérifie, ça rentre, c'est parfait.

2eme ETAPE
On passe à la fabrication du booster proprement dit. Pour ça, c'est pas dur. Le schéma de principe est le suivant :

On soude tous les composants astucieusement pour que ça prenne le moins de place possible, on s'applique pour faire de belles soudures, enfin tout le tralala quoi.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0867.JPG

3eme ETAPE
On relie le booster à l'inverseur, au clip de pile, à la prise jack et au sélecteur de micro. Le cablage est le suivant :
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/booster%20cablage.jpg
On prend bien soin de laisser une longueur suffisante aux fils.
Attention un inverseur est un élément fragile, qu'il convient de ne pas chauffer excessivement. Penser donc à ne pas trop s'attarder au moment de la soudure et à laisser un peu de temps entre chaque soudure.
L'ensemble fini, hors de la cavité :
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0870.JPG
C'est maintenant que je peux vous dévoiler pourquoi on utilise une prise jack stéréo : comme le schéma de montage l'indique, le - de la pile est relié à la patte "ring" du jack et la masse du circuit à la patte "sleeve", alors que pour que le circuit fonctionne la masse devrait être reliée au -. Pour éviter de décharger la pile inutilement, on utilise la prise jack comme un interrupteur : comme une fiche jack mono (celles qu'on utilise en gratte) n'a pas d'isolation entre le "sleeve" et le "ring", dès qu'elle est enfichée, elle met en relation la masse et le - et ainsi ferme le circuit. Si il n'y a pas de fiche dans la prise le circuit est ouvert et la pile ne se décharge pas.

4eme ETAPE
La plus effrayante : en effet pour faire passer l'inverseur, il va falloir percer sa jolie grattoune !
(Je m'excuse d'avance j'ai oublié de prendre des photos de cette partie alors je vais essayer d'expliquer de mon mieux)
En fait, ce n'est pas dur si on prend un minimum de précautions :
-D'abord bien repérer l'endroit et le diamètre où et à percer. Faire une marque.
-Ensuite, TRES IMPORTANT pour ne pas risquer de faire éclater le vernis quand la mêche arrivera en surface, il faut mettre une cale (un morceau de bois par exemple) assez dure mais perçable, sur le futur trou. On la fera tenir en place par un serre-joint (là aussi prévoir quelque chose de doux au point d'appui du serre-joint pour pas abimer le vernis de l'autre côté).
-Après, c'est pas dur, on perce ! Seule précaution : bien maintenir la perçeuse pour pas que ça parte dans tous les sens !
-Et enfin, on aspire la poussière de bois, on retire les cales, et ... on a (normalement) un magnifique trou !
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/imgp0872.jpg

5eme ETAPE
Maintenant, il faut rentrer tout ce petit monde dans la cavité ! Pour la prise jack et l'inverseur, pas de prob. La pile, j'ai réussi à la caser et à la bloquer entre 2 potards. Le booster a trouvé sa place dans un espace libre entre les potards et le sélecteur de micros.
Attention Il est impératif d'isoler (ici au moyen de scotch isolant) toutes les parties métalliques qui pourraient involontairement se trouver en contact avec n'importe quelle partie métallique (donc par où du courant passe) du booster, sous peine de grésillements qui font mal aux oreilles et à l'ampli.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0871.JPG

Maintenant, branchons, testons, mon dieu ça marche !
Voilà c'était donc l'intermède ludique et créatif du bricolo.
La prochaine fois, on verra comment changer les micros (puisque je les reçois mardi).


Dernière édition par le Mer 19 Juil - 11:56, édité 3 fois

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  CallMeGnou le Lun 14 Nov - 19:54

2:j'ai envie de me la péter, 3:j'ai rien d'autre à faire...
On voit ça Mr.Red
CallMeGnou
CallMeGnou
Il a dessiné une bite

Masculin Nombre de messages : 816
Age : 30
Date d'inscription : 30/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  piR le Lun 14 Nov - 19:58

Mais qu'est ce qu'un booster - gainboost?! Smile

Un truc pour faire plus de bruit, pour booster le son des cordes? What the fuck ?!?
piR
piR
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 118
Age : 31
Date d'inscription : 15/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Lun 14 Nov - 20:09

C'est tout bêtement un truc qui ajoute de la disto et qui augmente un peu le volume.

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Lun 14 Nov - 22:49

Voilà 2 petits samples aimablement hébergés par P!R pour montrer l'effet que ça fait :
-Premièrement en son clair, le boost augmente le volume et fait cruncher le tout.
http://moysi.games.free.fr/fichiers/boostclean.wav
-Deuxièmement en son saturé le boost rajoute de la saturation et un peu de volume :
http://moysi.games.free.fr/fichiers/boostdrive.wav
(Je m'excuse pour le son à chier mais ça a été enregistré sur mon ptit ampli approximatif)
Cependant, je voudrais rajouter encore plus de gain en boost, donc un ptit changement de condo va survenir bientôt je pense. tongue

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  CallMeGnou le Mar 15 Nov - 17:36

Et le condo dans tout ça ? Parce que j'ai bien un jeux de mot foireux à faire...
CallMeGnou
CallMeGnou
Il a dessiné une bite

Masculin Nombre de messages : 816
Age : 30
Date d'inscription : 30/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Dim 20 Nov - 1:28

Comme promis, aujourd'hui j'ai changé les micros de ma titine.

Alors vous allez voir que changer des micros c'est pas dur, suffit de savoir manier un fer à souder et un tournevis.

Tout d'abord le matos : vous avez donc besoin d'un fer à souder, d'un tournevis plat de petite taille, et bien sûr des micros que vous comptez monter sur votre bout de bois.
Chez moi, les micros furent des Tesla, série Plasma III, des humbuckers faits par une entreprise spécialisée en Corée. Ce sont des micros avec un assez haut niveau de sortie, taillés pour le heavy metal. J'ai acheté la paire d'occasion pour 75€ le tout, état nikel chrome.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0875.JPG


1ere ETAPE
Il faut dégager la surface de travail (les micros) en enlevant les cordes. Jusque-là rien de compliqué.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0876.JPG

2eme ETAPE
On enlève les micros. Pour ça, tout d'abord on se muni d'une pince coupante et on enlève la plaque de protection de l'électronique. Là, on repère où arrivent les fils en provenance des micros et on les sectionne. (il doit y avoir le point chaud et la masse). Ensuite, munissons-nous du tournevis, et dévissons les 4 vis de chacun des entourages micros. Ceci fait, on retire les entourages et les micros viennent avec. Enfin on dévisse les vis qui retiennent les micros à leurs entourages.
A la fin ça donne ceci :
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0877.JPG


3eme ETAPE
Comme j'avais envie de préserver l'aspect "doré" que ma SG avait avec les capots des micros, j'ai enlevé ces capots des micros d'origine et je les ai mis en place sur les nouveaux.
Pour cela, il faut d'abord se munir du tournevis : on retourne les micros d'origine et on glisse le tournevis entre la base du micro et le flanc du capot, au niveau de la soudure. On s'en sert comme levier sans trop forcer et normalement la soudure lâche sans trop de résistance. On renouvelle l'opération pour les autres soudures et on retire les capots. Et là, j'ai eu la surprise de découvrir pourquoi mon désormais ancien micro manche sonnait étouffé : il y avait tout simplement une épaisseur conséquente de colle entre le capot et le micro !
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0879.JPG
Bon, ceci fait, maintenant commence le remontage avec les nouveaux micros : on leur met d'abord les capots dorés : pour cela à l'aide du tournevis on dévisse les plots des micros de façon à les faire remonter puis on enfile les capots.
Attention l'espacement des trous du capot manche n'est pas le même que celui du capot chevalet, de même pour les vis des micros. Veillez à bien respecter capot manche/micro manche et capot chevalet/micro chevalet.
Quand on s'est assuré que le capot est bien enfilé sur le micro, on fait une petite soudure histoire qu'il ne se ballade pas trop.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0878.JPG


4eme ETAPE
Là, on fait exactement l'inverse de ce qui a été dit précédemment : on revisse les micros aux entourages, on fait passer leurs fils dans les conduits jusqu'à la cavité électronique, et on revisse les entourages micros avec les micros sur le corps.
Attention Bien repérer quels fils correspondent à quel micro (manche ou chevalet dans notre cas) pour les ressouder au bon endroit sur le sélecteur ou les potards, de façon à pas se retrouver à utiliser le micro manche quand on sélectionne celui du chevalet par exemple...
Après ça, on retourne la gratte, on soude les nouveaux fils sur les emplacements des anciens correspondants, et on referme la cavité.
http://pictureposter.allbrand.nu/pictures/raoul31/IMGP0880.JPG


5eme ETAPE
Réglage des micros : Pour l'effectuer on remet d'abord toutes les cordes et on les tend et les accorde. Ensuite, avec le tournevis, on visse ou dévisse les plots des micros pour les faire plus ou moins sortir hors du capot. C'est à la préférence de chacun, mais on admettra qu'il ne faut pas dépasser de plus de 1mm au-dehors du capot. Ceci fait, on s'intéresse aux 2 vis latérales qui maintiennent les micros aux entourages : elles permettent de régler la hauteur des micros. Généralement, on prend une hauteur de 2mm entre le haut du plot et la corde. Mais là encore, c'est à la préférence de chacun : plus le micro sera près de la corde, plus le niveau de sortie sera élevé.

Et voilà ! Votre guitare est maintenant équipée de nouveaux micros tout neufs tout beaux. Sur la mienne, on sent la différence : ces micros Tesla ont un niveau de sortie bien plus élevé et sont beaucoup plus précis et musicaux que les micros approximatifs Epiphone. En plus, comme les plots des Tesla sont chromés, au niveau esthétique, y a 12 plots chromés qui ressortent de 2 capots dorés, la grande classe quoi. Cool

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Mar 29 Nov - 23:13

Aujourd'hui, COMMENT REGLER SA GUITARE.

On va donc voir comment faire pour que les cordes frisent pas et que l'intonation de l'instrument soit juste. On va également régler l'action (hauteur des cordes) pour un confort de jeu optimal.

REGLAGE DE LA COURBURE DU MANCHE
A faire en premier. Votre guitare ou basse comporte, placée juste sous la touche, une tige en métal appelée "truss-rod". Toutes les guitares ou basses doivent en posséder une. Si votre instrument n'en a pas, ben vous avez acheté une grosse merde Mr. Green
Trève de plaisanteries, le truss-rod sert à rigidifier le manche pour éviter que celui-ci, sous l'action du temps, des cordes, de l'humidité ou je ne sais quoi d'autre, ne se bombe ou ne se creuse trop et ainsi devienne injouable.
Cette tige sert aussi à donner sa courbure au manche : certaines marques préconisent un manche parfaitement droit, d'autres veulent un léger creux entre la 5ième et la 7ième case. Faites ce que vous voulez. Dans mon cas je cherchais surtout à enlever cette putain de frisette du Mi grave Evil or Very Mad
La solution pour faire disparaître la frisette est d'éloigner les cordes des frettes, donc de creuser la touche.
Avant tout, il faut procéder à une vérification de la courbure du manche de la manière suivante : on frette à la fois la première et la dernière case du manche, et on regarde l'espace entre la corde et la 12eme frette. Si la corde touche la frette, les cordes ont besoin d'être éloignées de la touche : il faut creuser le manche. Si au contraire l'espace est trop grand, les cordes ont besoin d'être rapprochées de la touche, il faut rigidifier le manche.
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img1.jpg
Chez moi, l'espace entre la corde et la 12eme frette était vraiment tout petit, donc -> il faut creuser le manche.
Sur les guitares comme la mienne, de type Gibson donc, le réglage du truss-rod s'effectue à la tête. Pour commencer on se munit d'un petit tournevis cruciforme et on dévisse le cache du truss-rod.
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img2.jpg
Ceci fait, il nous apparaît le système de serrage/déserrage du truss : un embout pour clé à pipe. Pas de blem, on se munit d'une clé à pipe (diamètre 8mm), on détend un peu les cordes et on enfile la clé sur l'embout de façon à se retrouver comme ça :
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img3.jpg
Ensuite, ben on règle le truss de la manière suivante :
-S'il faut creuser le manche, il faut déserrer le truss : quand vous êtes face au truss, il faut tourner vers la gauche, dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Ou plus généralement, si vous sentez de moins en moins de résistance en tournant, vous déserrez le truss.
-S'il faut rigidifier le manche, il faut resserrer le truss : quand vous êtes face au truss, il faut tourner vers la droite, dans le sens des aiguilles d'une montre. Ou plus généralement, si vous sentez de plus en plus de résistance en tournant, vous serrez le truss.
Attention Ne serrez ou desserrez JAMAIS le truss de PLUS D'UN QUART DE TOUR DE CLE A LA FOIS ! Cela pourrait entraîner une modification trop brutale de la courbure du manche et votre touche pourrait en être définitivement dégradée.
Ensuite, vous remettez vos cordes normalement, vous réaccordez, vous laissez à votre manche le temps de reprendre son équilibre (ce qui signifie que vous aurez plusieurs réaccordages successifs à effectuer !) et vous testez voir si votre opération a porté ses fruits : si la frisette a disparu, vous avez réussi ! On peut donc passer à la suite.

REGLAGE DE L'ACTION
L'action est la hauteur des cordes par rapport au manche. Chaque guitariste a ses préférences (les gratteux rythmiques préfèrent généralement les cordes plutôt éloignées du manche, tandis que les shreddeurs veulent le moins d'espace possible entre leurs cordes et leur touche.) Ici nous prendrons une hauteur standard, à savoir 2mm entre le haut de la dernière frette et le bas de la corde.
Commencez par détendre vos cordes un petit peu. Sur des guitares à chevalet Tune-O-Matic comme la mienne, ce réglage est simplissime. Sur les autres types de chevalets, c'est un peu plus compliqué, je ferai un autre post quand j'aurai une telle guitare à disposition.
Sur la mienne donc, Le réglage de l'action s'effectue en serrant ou desserant deux vis situées aux extrémités du chevalet. En serrant, on enfonce le chevalet, donc on abaisse l'action. En desserant, on remonte le chevalet, donc on augmente l'action.
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img4.jpg
Ceci dit, ben y a pas grand chose à dire de plus : réglez à votre guise !

REGLAGE DE L'INTONATION
Ce réglage est primordial pour la justesse de l'instrument, aucun branleur de manche soucieux ne doit l'ignorer.
On ajuste ici la longueur de la corde vibrante. Pour ce faire, il faut avancer ou reculer les pontets, sur lesquels les cordes reposent au niveau du chevalet. Encore une fois, les systèmes diffèrent, sur la mienne c'est simple à faire, mais sur un Floyd par exemple, c'est pas toujours évident. Là aussi dès que j'ai en ma possession une gratte équipée d'un floyd ou autre je refais un tuto.
Pour l'instant, on s'intéresse au Tune-O-Matic : Le réglage des pontets s'effectue à l'aide de la petite vis associée à chaque pontet :
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img5.jpg
Pour savoir si il faut avancer ou reculer le pontet, on procède de la manière suivante :
On accorde d'abord normalement et parfaitement la corde à vide, puis, toujours accordeur branché, on joue l'harmonique en 12eme case.
http://moysi.games.free.fr/fichiers/img6.jpg
Si l'accordeur vous indique exactement la même chose, ça va. Sinon :
-Si l'accordeur vous indique une altération de bémol par rapport à la note à vide, il faut avancer le pontet.
-Si l'accordeur vous indique une altération de dièse par rapport à la note à vide, il faut reculer le pontet.
Il va sans dire qu'il faut détendre la corde à chaque fois que l'on avance ou recule le pontet !

Voilà, vous avez maintenant une guitare (ou une basse) parfaitement réglée, prête à satisfaire vos pulsions et désirs guitaristiques les plus fous !
Bonne journée à vous.

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Dim 25 Juin - 20:42

Allez comme promis aujourd'hui on va s'occuper d'une guitare avec un vibrato standard, du type strat, tout ce qu'il y a de plus simple.

Bon j'ai pris les photos lors d'un changement de cordes - réglages action et intonation, alors je vous épargne tout de même les "comment enfiler ses cordes dans les mécaniques" et "comment visser la tige vibrato dans son logement"Mr. Green

Tout d'abord nous pouvons nous intéresser à la souplesse de notre vibrato : si vous trouver le vôtre trop souple ou trop dur, que ce soit n'importe quel vibrato, il faut regarder au niveau des ressorts, le plus souvent situé dans une défonce dans le dos de la gratte, recouverte par une plaque.
Une fois celle-ci enlevée, le spectacle de trois ressorts (là aussi en général) prenant appui sur une plaque vissée à la gratte et retenant le bloc vibrato s'offre à nous :

Alors là, je l'ai pas fait car je n'en ressentais pas le besoin, mais si vous voulez régler la souplesse de ce truc, rien de plus simple : vous enlevez ou rajoutez un ou plusieur(s) ressort(s), ou alors vous essayez plusieurs combinaisons (ressorts droits, en diagonales,...) jusqu'à ce que cela vous satisfasse.

Ceci étant fait, on s'attaque au changement de cordes :
Sur ce type de vibrato, les cordes s'enfilent par l'arrière du bloc vibrato, ce qui est permis par une fente dans la plaque qui cache les ressorts, pour ressortir dans les pontets.

Ensuite, selon la méthode habituelle, on tire les cordes pour les faire passer dans les goulots des pontets, pis on les étend sur le manche jusqu'à la tête.
Là, on va faire un petit truc sympa : pour éviter les désacordages désagréables dûts au frottements des cordes dans leurs fentes sur le sillet (la petite pièce qui délimite la touche au bas du manche et sur laquelle les cordes appuient), on va enduire ces fentes de graphite, matière très grasse et glissante. Pour ce faire, on va gratter une mine de crayon avec un cutter au-dessus d'un petit récipient, puis quand on a récolté assez de matière on se munit d'un pinceau fin et allez c'est parti on badigeonne délicatement.

Après, on passe les cordes, enroule autour des mécas et on les tend. (ça sert à rien d'accorder tout de suite, on va régler l'action).

Pour régler l'action, ben c'est assez enfantin : on se munit de la petite clef allen que le fabricant fournit avec l'instrument (si c'est pas le cas chez vous, vous vous êtes fait entuber) et on visse ou dévisse, suivant l'action souhaitée, les deux petites vis allen du pontet. Pour des raisons de practicité, on travaillera intelligent : on visse, mettons un tour de clef sur une vis, puis on arrete et on fait un tour de clef dans le même sens sur l'autre, histoire de pas faire tout sur une puis l'autre et de se retrouver après avec des déséquilibres entre les deux qu'il est chiant de corriger.



Ceci fait, on accorde pis on règle l'intonation de l amême manière que dans le post précédent, à l'aide de cette vis là :


Et bien voilà, la dernière fois on avait une SG, maintenant on a une strat prête à prendre la route avec joie, bonne soirée à vous.

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Jeu 20 Juil - 16:47

Bon alors aujourd'hui on va s'amuser avec un GROS NAMPLI HAHAHAHAHAHA...
Bon ok en fait on va juste tenter de résoudre le problème de switching du RedBear (au final c'est simple mais ça on le sait pas encore).

Contexte : Mon nampli RedBear possède une fonction "sensitivity" qui, une fois enclenchée, permet une réinjection de gain dans la chaîne (en gros un passe crunch -> saturé). Cette fonction s'active par un petit bouton poussoir sur la face avant mais peut aussi s'activer par footswitch. Seulement lors des premiers essais, il s'est révélé que la commande par footswitch n'avait aucun effet. Problème donc. J'ai ainsi attendu les vacances pour aller voir à l'intérieur... suivez le guide.

Avant de commencer je me dois quand même de vous faire un petit avertissement légal :
Les amplis à lampes tels celui-ci, sont le siège de très hautes tensions qui peuvent entraîner de graves blessures voire même la mort, et ce même si l'ampli est éteint et débranché. Je vous déconseille fortement de vous lancer dans un travail de ce type si vous n'êtes pas sûr de vous ou si vous ne maîtrisez pas bien les connaissances de base. Je ne puis être en aucun cas tenu pour responsable des conséquences d'une éventuelle action irraisonnée de votre part.

Ceci dit, nous pouvons commencer.
La première étape consiste donc à ouvrir la bête pour voir comment c'est foutu à l'intérieur :
Pour cela, on commence par enlever les deux grilles (avant et arrière) et on repère les vis maintenant le chassis au caisson (généralement sous l'ampli). On retire celles-ci en laissant l'ampli dans une position de sorte que le chassis ne tombe pas violemment quand on les aura toutes ôté.



Après ça on repose l'ampli normalement sur une table, et on met derrière un support à la même hauteur (à peu près) que le chassis. Puis on pousse le chassis vers l'arrière sur le support, de façon à le dégager du caisson. Durant cette opération, on prendra bien garde à ne rien toucher à l'intérieur du chassis, et à ne pas toucher les transfos non plus. Souvenez-vous de ce que je vous ai dit à propos des tensions.

Ensuite on retourne le chassis en prenant le soin de mettre des cales sous les transfos pour éviter que tout le poids n'en viennent à reposer sur les lampes, fragiles. C'est là qu'on peut noter que ce RedBear bénéficie d'une construction et d'un cablâge extrèmement jolis, du point-par-point comme à l'ancienne avec des transfos et des condos de filtrage énormes, et autres moults détails, bref que du bon :


Mais bon, l'essentiel de cette opération n'est pas de se br*nler devant un ampli, alors venons-en au fait : avant de toucher à quoi que ce soit, on va chercher le schéma du circuit sur internet. On étudie celui-ci et relève la zone qui nous intéresse, à savoir celle du switching et la fonction "sensitivity", comme je l'ai fait pour vous ci-dessous (qu'est-ce que je suis gentil quand même) :


Une fois ceci fait, on va aller chercher dans l'ampli le circuit qui correspond. Mais attention ! Avant de toucher quoi que ce soit, souvenez-vous que, même éteint, un ampli à lampes de ce calibre comporte de très hautes tension qu'il est impératif de situer dans le chassis. C'est là qu'interviennent les connaissances de bases en électronique à lampes : vous devez absolument être capable, en vous aidant du schéma, de distinguer les connexions dangereuses (sortie du transformateur d'alimentation, circuit d'alimentation, anodes des lampes et condensateurs) afin d'éviter d'y mettre vos doigts. Certaines de ses connexions peuvent contenir des tensions de l'ordre de 300 à 400 Volts ou plus. Je vous rapelle que la tension devient dangeureuse pour l'être humain à partir de 16 Volts. pour une sécurité maximale, vous pouvez vous servir d'un déchargeur pour les condos*.
Si vous êtes sûr de vous, on y va : Le chemin à suivre n'est pas très difficile : comme l'indique le schéma, tout se joue sur les deux premières triodes (la première lampe de préamplification), directement après l'entrée jack. Il suffit donc de repérer visuellement dans le chassis quelle est la première lampe, et à partir de là on en déduit en relevant les valeurs des résistances et leur agencement avec les autres composants sur le schéma où se trouve le circuit de "sensitivity". Illustration :
-Vue globale : (ne tenez pas compte du petit circuit avec la pile, c'est une sorte de "testeur" pour vérifier le passage du courant dans le circuit de "sensitivity" dans différentes configuration, dont je me suis servi pour quelques essais.) On voit donc, de gauche à droite : les entrées hi et low gain qui entourent le bouton de switch (les gros trucs noirs), le circuit, et la prise jack du footswitch. La première lampe se trouve à peu près sous la prise du footswitch.

-Détail des entrées jack et du bouton de "sensitivity" :

-Détail de la prise footswitch avec la première lampe :

-Détail du circuit de "sensitivity" : de gauche à droite le bouton sur la face avant, le circuit (là où viennent se brancher les câbles menant au bouton et au footswitch, évidemment !) et la première lampe :


Maintenant qu'on a trouvé le circuit, on le compare avec celui du schéma et on réfléchi un peu :
Avec un ampli à une seule entrée, les choses auraient été simples. mais ici ce n'est pas le cas. En effet, cet ampli comporte deux entrées : "high gain" et "low gain". L'utilité de ces entrées s'explique par leurs noms, il y en a une où ça défroque plus que l'autre. Ceci est permis par ce qu'il y a derrière ces entrées et que l'on voit sur le schéma : l'entrée "low" est directement reliée à la deuxième triode de la lampe de l'étage d'entrée, alors que le signal venant de l'entrée "high" passe avant ça par un circuit augmentant le gain, notemment avec l'aide de la première triode. De plus, l'utilisation d'une prise jack à coupure sur l'entrée "low" permet, lorsqu'un jack y est engagé, d'interrompre le circuit de l'entrée "high" et ainsi d'envoyer le signal direct vers la deuxième triode. S'il n'y a pas de jack dans l'entrée "low", c'est le circuit du "high" qui est enclenché par défaut et qui vient se connecter à la deuxième triode pour continuer sa route. Quand on vous dit que c'est bien foutu !
Mais trève de bavardages. Pour qu'il soit pleinement efficace, le circuit de "sensitivity" officie sur les deux triodes. Il est donc tout à fait normal que les deux branches aient chacunes leur interrupteur jumelés. Ces branches sont assez semblables : elles se situent toutes deux sur la cathode de leur triode respective, et sont composées de deux résistances montées en dérivation et d'un condensateur monté en série entre les deux résistances. L'activation de la branche, donc la hausse du gain, se fait d'une manière tout à fait habituelle : la mise à la masse, permise ou non selon la position de l'interrupteur. Nous voyons sur le schéma ce que nous retrouvons sur l'appareil, à savoir la connexion sur les mêmes bornes des entrées de l'interrupteur et des connecteurs "tip" et "ring" de la prise footswitch.
Là c'est posé le problème pour lequel j'ai réfléchi : selon le schéma, quand aucun jack n'est branché dans la prise footswitch, et que le bouton "sensitivity" n'est pas activé, les deux branches ne sont pas en contact et ne sont pas reliées à la masse. Ce n'est que quand celui-ci est activé qu'elles sont en contact et reliées à la masse. Or, le footswitch préconisé pour cet ampli est un footswitch de base, avec 2 contacts, alors que l'interrupteur en a 3. Lors de l'insertion de la fiche jack mono du footswitch (un footswitch simple est ni plus ni moins qu'un interrupteur qui se charge de relier une connexion à la masse à distance grâce à un câble jack) dans la prise jack stéréo de l'ampli, l'une des deux branches, celle reliée à la connexion "ring" va forcément se retrouver en contact avec la masse et donc être activée (pour savoir pourquoi, reportez-vous à ce que je dis sur l'alimentation du booster de la SG, un peu plus haut, c'est le même principe), mais pas l'autre. On pourrait résoudre ce problème en soudant les deux branches sur la patte "tip", mais ceci mettrait en contact les deux branches alors qu'elles ne sont pas reliées à la masse, ce qui n'est pas recommandé. Il faut donc se résoudre à avoir une branche activée mais pas l'autre alors que l'ampli est en mode "without sensitivity boosted". Du coup, il n'y a plus qu'un domaine où l'on peut chercher le problème (qui est, je le rapelle, que le footswitch n'a aucun effet), et ce domaine c'est évidemment "laquelle des branches doit être en contact au repos, la "high" ou la "low"" ?
Et c'est là que, en faisant une ultime vérification avec le schéma, je me suis aperçu que, alors que théoriquement cette fameuse branche activée en permanence devait être celle de l'entrée "high", dans mon ampli, selon les branchements de la prise footswitch, c'était le contraire ! Erreur de fabrication ? Modification négligente ? On ne le saura jamais...

Mais maintenant que l'on a la clef de l'énigme en main, on va pour voir "réparer" : 4 coups de fer à souder, un peu d'étain et le tour est joué, on a inversé les connexions.

À la question : "mais pourquoi faut-il que ce soit cette branche et pas l'autre qui soit activée en permanence?", je répondrai honnêtement que mes connaissances en électroniques actuelles ne me permettent pas de répondre à cette question, mais j'y travaille.

Il y a aussi une autre solution à laquelle j'ai pensé après coup, et qui donne des résultats beaucoup meilleurs : tout simplement fabriquer un footswitch avec un interrupteur à 4 pattes, 2 étant reliées ensembles à la masse et les deux autres l'une au "tip" l'autre au "ring", comme ça ce footswitch officie exactement comme l'interrupteur de l'ampli et donne ainsi un résultat optimal.

Après ça, on remonte l'ampli en s'assurant qu'on a rien oublié dans le chassis (on sait jamais Laughing ) et surtout en s'assurant d'avoir éliminé tous les petits résidus de notre opération, surtout les chutes d'étain en tous genres, même minuscules. cela pourrait entraîner des conséquences aussi imprévues que néfastes.

L'heure de vérité : on rebranche, allume (sueur à donf, imaginez qu'on ait touché un truc sans faire exprès et que ça explose shakng2 ), on monte le volume, commence à jouer un peu (sans activer le bouton "sensitivity" bien sûr), on se dirige vers le footswitch, une douce pression du pied dessus...

...

...

OH MY GOD ça fonctionne cheers

On a donc réparé un petit truc dans un gros ampli, ce qui est déja pas mal en attendant d'être assez bon pour pouvoir faire des modifications plus grosses, voire peut-être un jour être capable de construire intégralement un ampli suivant un schéma, ou encore mieux, concevoir soi-même un ampli de A à Z... Là aussi j'y travaille j'y travaille...

*Concernant le "déchargeur de condos" : C'est un petit montage très simple dont vous pouvez vous servir, si votre ampli n'est pas équipé d'origine d'une résistance de fuite, pour décharger les condensateurs de votre ampli, qui sont en quelque sorte les "réserves d'énergie" du circuit et qui, tant qu'ils ne sont pas complètement déchargés, continuent à fournir les tensions dangereuses dont j'ai parlé.
Munissez-vous d'une pince crocodile, d'une sonde (genre les fiches qu'on utilise en MPI, ou mieux les aiguilles des câbles spéciaux multimètre), de 60cm de câble de diamètre conséquent (capable d'accueuillir de très hautes tensions), de la gaine thermo-rétractable et d'une résistance de 150 Ohms 10 W.
Voici comment fabriquer le "déchargeur" :
1ère étape : Dénuder le fil et souder la pince croco sur une extrémité. Recouvrir cette soudure avec de la gaine thermo.
2ème étape : Couper le fil à la moitié de sa longueur et dénuder les 2 bouts de fils. Y souder la résistance de puissance et couvrir la résistance et les soudures avec de la gaine thermo.
3ème étape : Sur la dernière extrémité du fil, glisser un bout de gaine thermo et souder la sonde. Recouvrir la connexion avec la gaine thermo.
Ensuite, voici comment l'utiliser :
1. Débranchez l’ampli,
2. Retirez le châssis en prenant soin de ne RIEN toucher à l’intérieur,
3. Connectez la pince croco à la partie métallique du châssis en prenant soin de vérifier qu’elle est solidement attachée,
4. Parcourez l’électronique de l’ampli et touchez avec la sonde TOUTES les bornes positives des condensateurs. Si vous avez un doute quand à l'emplacement de la borne positive du condo, aidez-vous du schéma de l'ampli ou, si vous ne réussissez tout de même pas à la retrouver, touchez avec la sonde les deux bornes du composant.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon amusement et ne soyez pas trop imprudents, l'électronique c'est cool mais l'électricité ça tue (euh sans jeu de mots).


Dernière édition par le Mer 8 Nov - 21:21, édité 1 fois

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  raoul31 le Mar 1 Aoû - 14:29

Dans la série "réglage de grattes" on a fait la SG / Les Paul, on a fait la Stratocaster, eh bien aujourd'hui on va faire LE fabuleux système Steinberger :


C'est donc le système utilisé sur les guitares sans tête, où tout l'accordage et les réglages (à part le truss rod) se font au chevalet.

On commence par enlever les cordes. À ce niveau on a sa première surprise : en effet on s'aperçoit que si on retourne la guitare, on entend "poc poc poc poc poc poc" Shocked Laughing
En fait, les 6 pontets individuels sont totalements indépendants, des uns des autres d'une part, mais aussi du bloc vibrato d'autre part. Ils sont maintenus en place sur le vibrato par deux choses : la tension des cordes d'une part, mais aussi, lorsque on change les cordes, par une petite vis allen sur le côté du bloc vibrato :

Sur cte photo, on voit la clef allen dans l'orifice (s'il vous plaît !) de la vis de serrage des pontets, pour éviter, donc, que ceux-ci ne se barrent. On en profite pour remarquer la présence de deux trous sur chacun des pontets : Ce sont aussi des petites vis allen, qui servent à régler l'action (la hauteur du pontet donc). L'intonation se règle tout simplement en avançant ou reculant le pontet, comme ça (très chiant comme système).

Une fois qu'on a vu ça, on peut mourir dormir continuer tranquille. La suite des opérations va consister à remettre les cordes.
On emploie des cordes spécifiques (évidemment) pour ce type de système : les cordes à double boule (décidémment c'est cochon la guitare). Suivant les instructions de l'emballage, on place la boule argentée dans le trou prévu au bas du manche, et on place l'autre boule dans le logement prévu sur le vibrato, et pis à l'aide d'un tournevis ou de la main on tourne la mécanique d'accordage pour tirer la corde.


Après ça, comme d'hab' vous réglez action et intonnation. Je vous ai déjà expliqué comment faire ça. Une fois que vous avez bien trafiqué vos pontets, n'oubliez pas de vérifier qu'il sont bien calés avant de resserer la vis pour qu'ils ne bougent plus.

On se penche maintenant deux minutes sur la tige vibrato : celle-ci, à la différence des tiges pour strats ou autres, ne présente pas de pas de vis, ni d'écrou de serrage comme sur les tiges floyd. En fait, il suffit de la glisser dans le trou prévu pour et de la serrer suffisamment pour qu'elle ne se barre pas à l'aide de la petite vis allen prévue pour, qui se situe juste à côté :


Il ne nous reste maintenant plus qu'à s'occuper de la raideur du ressort du vibrato, et c'est là que ce système devient fantastique : en effet pas besoin ici de s'emmerde à enlever ou rajouter des ressorts, la tension peut se régler à volonté à l'aide d'un écrou placé sous le vibrato. Si celui-ci est vissé à fond, la résistance du bazar à vos sollicitations sera grande; En revanche, si vous le desserrez complètement, il se manipulera aussi facilement et avec autant de douceur qu'une Pampers.
Autre avantage : le blocage du vibrato. Les possesseurs de Floyd Rose ont souvent un problème lorsqu'ils changent leur cordes : en effet pour garantir une précision satisfaisante lors de l'opération, il faut éviter que le vibrato ne parte en arrière, entraîné par ses ressorts (Ce problème ne survient qu'avec les vibratos flottants, ou double action, donc pas ceux des strats). Il existe plusieurs solutions au problème : mettre une cale pour bloquer le vibrato, bloquer la tige, etc... Mais en général c'est la merde.
Le système Steinberger présente l'énorme avantage de posséder un petit loquet à côté du système de tension qui, une fois relevé, fais office de cale pour le bloc vibrato.
Illustration du système :
-Avec le loquet enclenché :

-Avec le loquet désengagé, on peut de nouveau tirer le vibrato vers l'arrière :


Pour finir, on règle le truss rod par l'écrou adapté au bas du manche :


Et après, Rock n' Roll
Cool

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretenir et améliorer son matos (avec photos)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum