Voltaire - Le Mondain

Aller en bas

Voltaire - Le Mondain Empty Voltaire - Le Mondain

Message  raoul31 le Lun 1 Mai - 18:48

Voltaire, Le Mondain

Voltaire (1694-1778) appartient au siècle des Lumières et en est un des plus fervents représentants. En réaction contre l’éducation religieuse qu’il reçoit, il adopte un ton insolent et un comportement libertain. Cette attitude lui vaudra plusieurs passages en prison ou en exil, ainsi que de très nombreuses censures. Il est également l’un des iniciateurs de l’Encyclopédie.
Le Mondain (1736) est un hymne de Voltaire aux plaisirs qu’apportent les avancées scientifiques de son époque, et en même temps un moyen de dénigrer les passéistes préconisant le retour à la vie sauvage (qui a dit Rousseau ?).
Nous allons étudier les caractéristiques de ce texte.
Pour cela, nous nous intéresserons d’abord à la démarche argumentative de l’auteur, puis au plaidoyer pour la civilisation que constitue ce texte.

I) La démarche argumentative de Voltaire

Pour développer sa réflexion, Voltaire procède à une mise en scène des deux points de vue sur la civilisation au travers de :
-L’énonciation :
*Le locuteur emploie la première personne du singulier (v.5 : “moi...je”) pour affirmer clairement sa prise de position et le pluriel qui constitue un caractère globalisant, soulignant que Voltaire ne parle pas juste en son nom.
*L’adversaire n’est pas défini précisément et n’est évoqué qu’avec des tournures impersonnelles (v.1 : mise à distance) ou l’emploi du “vous”. Cependant la périphrase v.88 (“Or, maintenant, monsieur du Télémaque”) précise l’ensemble des adversaires contre lesquel Voltaire lutte : en effet Télémaque est un personnage de Fénelon, auteur qui préconisait un retour à l’état de nature.
Cette énonciation permet de mettre en place l’organisation des idées : les deux points de vue sont évoqués en alternance (v.1 à 4 : opinion adverse ; v.5 à 29 : premier aspect de l’opinion de Voltaire ; v.30 à 35 : caractéristiques de la vie des anciens ; v.36 à 87 : deuxième aspect de l’opinion de Voltaire ; v.88 à fin : prise à parti de l’adversaire.).
=>Le système énonciatif et l’organisation des idées permettent de mettre en place une opposition : la présence de deux “interlocuteurs” symbolisés par les pronoms “je” et “vous” symbolise deux courants d’idées (le passéisme et le progressisme) mis en scène dans ce qui s’apparente à un débat.
-Les procédés d’écriture
*Le passéisme : Voltaire emploie, pour évoquer la thèse adverse, des termes négatifs (v.1 “regretter,...”) et des représentations figurées constituées par des allusions mythologiques qui montrent que ses adversaires semblent regretter le “bon vieux temps” (v.1). C’est un moyen pour Voltaire de montrer qu’il trouve ce point de vue trop parfait et considère la volonté de retourner en arrière comme une régression.
*Le progressisme : La thèse soutenue par Voltaire est développée grâce au réseau lexical de la société connoté de façon valorisante (“temps profane”, “bon temps que ce siècle de fer”,...) qui permet de développer l’image de la richesse des plaisirs offerts.
=>Voltaire a donc recours à des procédés dévalorisants pour évoquer la thèse adverse qu’il considère comme une régression, et à un réseau lexical valorisant pour parler de la société et de ses plaisirs qui lui sont si chers.

II) Un plaidoyer pour la civilisation et une satire de la vie sauvage

Le Mondain constitue également pour Voltaire le moyen de faire l’éloge de cette civilisation qui lui est si chère, et en même temps de dévaloriser la vie à l’état de nature.
-Éloge de la civilisation
Voltaire ne fait en fait pas totalement l’éloge du luxe; il s’attache plutôt à montrer l’évolution de la civilisation dans tous les domaines, ce qui constitue pour lui une formidable avancée. Il cite :
*Les biens matériels : luxe, ornements, superflu,...
*Les arts : arts de toutes espèces mais particulièrement art traditionnel (“beaux-arts”, “argent”, “tapis”...) et art culinaire (“vin de France”, “ragoûts”, “vin d’Aï”,...).
*Les loisirs : opéras, bains, palais magique,...
*Les progrès techniques (v.22 moyens de transport, v.24 développement du commerce, v.57 évocation du char, v. 59 maisons roulantes,...)
-Satire du passéisme
En opposition avec cet éloge, on relève l’emploi du lexique de la privation pour caractériser l’époque de la vie à l’état de nature : Voltaire montre les premiers hommes comme “nus”, “ne possédant rien”, de même v.90 et suivants. Pour lui, défendre ces temps reculés est ridicule. L’ironie vient renforcer cette impression aux vers 21 et 88 et lui permet donc de présenter une image ridicule et satirique de la vie antique.

CONCLUSION
Le Mondain constitue pour Voltaire un moyen d’affirmer son bonheur de vivre à une époque de progrès constant; il s’oppose en cela totalement à Fénelon, et à travers lui à Rousseau : Rousseau estimait en effet que la société et ses avancées ne pouvaient que corrompre l’âme de l’Homme et conseillait de revenir à la vie primitive.
Ce texte est un poème satirique à caractère apologal puisque la réflexion passe par une série d’exemples anecdotiques pour proposer un raisonnement plus sérieux. Voltaire fait alterner les points de vue mais c’est bien le sien qui a le dernier mot au vers 104 (sentence).

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum