Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Aller en bas

Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Message  raoul31 le Jeu 4 Mai - 2:42

Diderot, Le Neveu De Rameau

Diderot (1713-1784) débute son combat philosophique pour le matérialisme en 1745 par la traduction d’ouvrages anglais et écrit sa première oeuvre, Pensées Philosophiques en 1746. C’est cette même année qu’il prend la direction de l’Encyclopédie, ouvrage qui lui prendra 20 ans de sa vie. Il invente en même temps le drame bourgeois au théâtre. Il aura entretenu son combat philosophique tout au long de sa vie en se heurtant souvent aux institutions religieuses et aux “bonne meurs” de l’époque.
Le Neveu De Rameau fut rédigé entre 1762 et 1777; cette oeuvre est un dialogue philosophique entre un philosophe (représenté par “moi”) et le neveu de Rameau (représenté par “lui”). Les deux hommes traitent de tous les sujets tout au long du livre. Le passage étudié se situe après que le philosophe ait demandé au neveu de Rameau ce que celui-ci ferait s’il était riche.
Nous allons étudier la forme et la notion du dialogue argumentatif, puis analyser le concept de matérialisme.
Pour ce faire, nous allons tout d’abord étudier la composition et la dynamique du dialogue, puis la confrontation des deux points de vue.

I) Composition et dynamique du dialogue

Le passage étudié est composé de deux parties distinctes : de la ligne 1 à la ligne 50, les tirades sont dominantes tandis que de la ligne 51 à fin, ce sont des répliques courtes qui prennent le relais.
-Lignes 1 à 50 : le neveu se lance dans deux tirades. Dans la première, il développe son rève de richesse et de puissance (“je ferais”, “je serais”, “je commanderai”, “on me louera”...). L’emploi du futur montre qu’il les matérialise. Dans la deuxième tirade, il répond à une remarque du philosophe. Il s’y considère comme le symbole d’un mode de vie et d’une catégorie sociale (“je représente la partie la plus importante de la ville et de la cour”). Il y expose ensuite une certaine sagesse : il la définit comme la recherche du plaisir (“vive la sagesse de Salomon : Boire de bon vin, se gorger de mets délicats, se rouler sur de jolies femmes (...)”).
-Lignes 51 à fin : Les répliques sont plus courtes et s’enchaînent donc plus rapidement. On assisste à une série de propositions du philosophe évoquant des valeurs sociales et morales, qui sont systématiquement réfutées par le neveu avec le mot “vanité”.
=>On a donc une variation du rythme de l’échange : après les longues tirades du neveu qui prend en main le dialogue, le rythme s’accélère, apportant à ce dialogue une forme de spontanéité propre à une conversation traditionelle. Les répliques rapides, composées de formules interrogatives brèves d’une part, et de réponses lapidaires d’autre part, permettent de maintenir une dynamique soutenue.

II) La confrontation de deux points de vue face à la civilisation

-Le point de vue du neveu :
*Première tirade : le neveu y met en évidence les avantages d’être riche. Le lexique, les jeux syntaxiques et le mode verbal montrent que pour lui :
-la richesse est indissociable du pouvoir (“j’aime à commander et je commanderai”, “j’aime qu’on me loue et l’on me louera”,...). L’emploi répétitif du “je” renforce l’effet de puissance.
-la richesse permettrait ainsi d’exercer son autorité dans n’importe quel domaine : lignes 14 à 20, certains verbes et la mention de grands personnages auxquels il s’attaque mettent en évidence que richesse et puissance permettent d’imposer son autorité (“Nous prouverons que (...) de Voltaire (...) Buffon (...)”, “Nous relèguerons d’Alembert dans ses mathématiques”).
-la richesse est le moyen d’accéder à tous les plaisirs et d’assouvir toutes ses envies (lignes 8-9 et 11-14, et le neveu conclut : “Cela sera délicieux”).
-la richesse offre la possibilité de faire ce que l’on veut : l’hyperbole ligne 2 (“Je serai le plus insolent maroufle qu’on eût encore vu”), ainsi que l’évocation de la loi du Talion lignes 4 et 5 (“Je leur rendrais bien les avanies qu’ils m’ont faites”) et l’emploi d’un lexique méprisant le montrent.
Le neveu associe ainsi une image très sombre à la richesse, symbole de puissance, d’excès et de vices.
*Deuxième tirade : elle confirme la vision de la richesse de la première tirade. Le neveu va même jusqu’à rejeter vertu et philosophie traditionnelles (lignes 37-46) et expose sa propre philosophie basée sur la recherche du plaisir et l’assouvissement de celui-ci par l’argent.
*Fin du texte : Le neveu réfute point par point les propositions du philosophe, critiquant ainsi par l’emploi du cynisme le caractère convenu des valeurs idéales traditionnelles de manière systématique. Le comble de ce cynisme se situe ligne 75 : “Ce ne sera pas moi” et lignes 81-82 : “Quoi qu’on fasse, on ne peut se déshonorer, quand on est riche.”.
-Le point de vue du philosophe :
*Première réplique : le philosophe critique ironiquement, grâce au procédé de l’antiphrase, le mode de pensée du neveu (“digne” l.24, “honorable pour l’espèce humaine” , “utile” l.26-28).
*Fin du texte : suite au rejet de la vertu par le neveu, le philosophe mène une succession d’interrogatives directes, tentant ainsi de réveiller la conscience du neveu. Ces questions renvoient à des valeurs essentielles, sociales et morales sur lesquelles on juge de la qualité des Hommes.
Le philosophe ne critique pas ouvertement la richesse et ses conséquences, mais plutôt le comportement immoral de ceux qui la détiennent et qui en font un usage malsain.
=>D’une part, le neveu est un personnage individualiste et matérialiste, qui considère que l’argent est synonyme de luxe et pouvoir, au mépris des valeurs morales. Il s’attache à ne considérer que sa satisfaction personnelle. D’autre part, le philosophe propose un matérialisme plus philosophique, une utilisation de la richesse plus sage et qui ne dénigrerait pas les valeurs fondamentales. Ces deux personnages représentent donc deux aspects opposés d’une même doctrine, le matérialisme, qui considère la matière comme seule réalité valable.

CONCLUSION
On peut toutefois se demander si le point de vue incarné par le neveu doit être pris au pied de la lettre : il fait en effet preuve d’un tel cynisme et son opinion est si désespérante que l’opposition “neveu matérialiste odieux / philosophe garant des valeurs” paraît caricaturale. D’ailleurs, la critique systématique de plusieurs grands hommes du XVIIIe siècle, amis et/ou collaborateurs de Diderot peut nous faire douter de la portée réelle des propos du neveu => Ses propos, en total contraste avec ceux du philosophe, ne donnent-ils pas à cet apparent éloge du matérialisme vulgaire et de l’individualisme forcené, la dimension d’une critique radicale, sur le mode satirique et cynique des nantis ?

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Message  CallMeGnou le Ven 5 Mai - 23:31

Ses propos, en total contraste avec ceux du philosophe, ne donnent-ils pas à cet apparent éloge du matérialisme vulgaire et de l’individualisme forcené, la dimension d’une critique radicale, sur le mode satirique et cynique des nantis ?
Finir sur une question rhétorique, la grande classe les enfants.
CallMeGnou
CallMeGnou
Il a dessiné une bite

Masculin Nombre de messages : 816
Age : 30
Date d'inscription : 30/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Message  raoul31 le Sam 6 Mai - 0:22

Oui bon j'avoue la question rhétorique c'est pas moi c'est la prof hein Mr. Green

_________________
L'eau ça mouille, et en plus c'est humide.
raoul31
raoul31
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 30
Date d'inscription : 29/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Message  val le Sam 3 Juin - 12:07

DIDEROT / LE NEVEU DE RAMEAU


Biographie : ( 1713 – 1784 )
- auteur et collaborateur de l’Encyclopédie (1748-1766)
- arrêté pr ses livres, il échappe qques fois à la censure

Présentation : dialogue entre le philosophe (moi = Diderot) et le neveu (lui) permettant 2 pts
de vue qui s’opposent : l’un tourné vers des valeurs morales et l’autre tourné vers le matérialisme pervers

Mouvement : les Lumières

Axes d’études : 1- La notion de matérialisme :confrontation de 2 pts de vue
2 – Composition et dynamique du dialogue

Thèmes : - pouvoir et argent
- valeurs / la moral / la vertu

Analyse détaillée :

1- La notion de matérialisme :confrontation de 2 pts de vue

- le pt de vue du neveu : expose les avantages de la richesse :
* présence dominante de la 1ère p.sing : «j’aime à commander»
* emploi d’un lexique d’autorité : «louer» «j’aurais à mes gages»
* emploi impératif : «Allons» + tournures d’ordre : «qu’on m’amuse»
* énumérat° des plaisirs : «des filles» «ivres» «enivrerons»
* emploi de vbes de supériorité : «ns prouverons»
* dicsreditat° des prgs célèbres au 18ème «sans génie» «n’est qu’un bel esprit»
* hyperbole montrant que lorsqu’on est riche on peut tt se permettre «le + insolent
maroufle» «faquins»
* évocat° de la loi de Talion «œil pr œil,dent pr dent»
→ RICHESSE = POUVOIR = attitude excessive / sentiment de SUPERIORITE
=> vision sombre de la richesse et du pouvoir mais le neveu semble CONSCIENT «ns aurons ttes sortes de travers et de vice, et cela sera délicieux»
De + il REJETTE les VALEURS et la philosophie traditionnelle «cette bizarrerie du nom de vertu».A la fin, il réfute les propos du ph. introduit par le thème «vanité» :
* patrie → tyrannie et esclavage
* fidélité et amitié → fardeau et contrainte

- le pt de vue du philosophe : + MODERE / + raisonnable
* critique les idées du neveu par antiphrase :
«je ferais comme ts les gueux»≠ «c’est gd dommage que vs êtes gueux»
* insiste sur l’absence de valeurs du neveu «digne emploi» «utile à vos concitoyens»
* présente des VALEURS FONDAMENTALES au neveu ss formes d’interrogatives : courage, vertu, fraternité, respect …

=> - neveu = matérialisme vulgaire
- philosophe = matérialisme philosophique = respectueux des valeurs fondamentales
2 – Composition et dynamique du dialogue

- 1ère mvt : (l 1 à 50)
* 1ère prise de parole du neveu = réponse qui dvlp son REVE de RICHESSE, de pouvoir et de plaisirs grâce - au conditionnel «je serais» → domaine de l’hypothèse
- au futur indicatif «je commanderai» → concrétisation du souhait
→ d’une réalité rêvée on passe à une REALITE ENVISAGEABLE
* intervention du ph. = critique des idées du neveu sur le ton de la moquerie/ironie
* 2ème prise de parole du neveu = réponse à l’ironie : tournure hyperbolique «je représente la partie la + importante» → il se considère comme le symbole d’un mode de vie et d’une catégorie sociale + il rejette valeur et philosophie puis propose sa propre philosophie «Boire de bon vin, se gorger de mets délicieux …»

- 2ème mvt : (l 51 à fin) = chgmt de rythme = répliques + courtes = alternances entre :
* interrogatives directes à l’infinitif → on va a l’essentiel → caractère général aux q°
* réponses du neveu construites de la m façon = répétition de «Vanité»

=> - neveu monopolise la parole = volonté d’ASCENDANT sur le ph.
- accelerat° / intensificat° du débat = SPONTANEITE propre à la conversat° traditionnelle


Conclusion : - pt de vue du neveu CARRICATURAL
- SATIRE du comportement des riches (nantis)

val

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 30/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Denis Diderot - Le Neveu De Rameau

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum